1 juillet 2009

Films et documentaires


* Image : Pixaday

Je propose aujourd'hui de vous présenter un ensemble de films et documentaires que j'ai eu l'occasion de visionner et qui m'ont semblé intéressants.
Encore une fois, je n'ai pas le mérite de pouvoir en émettre une critique objective donc vous trouverez pour chacun d'entre eux quelques informations tirés de différents sites. Aussi, n'hésitez pas à cliquer sur les images, vous pourrez tomber sur les bandes-annonces. Pour certains, vous pourrez carrément voir le documentaire !
Si vous avez l'occasion de visionner un de ces reportages, j'attends avec impatience vos commentaires. Sinon, bonnes découvertes !


Educateur, ce métier impossible - film documentaire bande-annonce attention danger travail pierre carles
Attention danger travail
Pierre Carles, Christophe Coello, Stéphane Goxe

Peut-on considérer la question du travail sous l’angle du refus sans provoquer d’emblée la réprobation générale ? Est-il possible d’aborder le thème du chômage sans le présenter sous le signe exclusif de la tragédie, mais en y décelant au contraire un des moyens d’échapper aux griffes de l’exploitation et de reconquérir son temps de vie ?
Attention Danger Travail (version de Danger travail) en propose l’expérience en présentant une série d’entretiens avec des chômeurs qui ne paraissent ni accablés ni désespérés par leur situation. Ces sans-emplois qui n’en demandent pas pour autant ont tous fui l’usine, l’entrepôt ou le bureau, bien décidés à ne plus accepter les règles de la guerre économique contemporaine.

Face à un discours menaçant, sans cesse martelé, sur le malheur, la douleur et la honte d’être au chômage, ou devant ces portraits édifiants de « privés d’emplois qui se battent pour retrouver leur dignité », des chômeurs visiblement bien dans leur peau rétorque avec bonne humeur qu’ils ne sont pas prêts de monnayer à la légère leur temps retrouvé. Rompant avec un climat d’angoisse et de peur sciemment entretenu, des personnes aux profils très distincts évoquent leur acte de désertion du marché du travail et la volonté de ne plus perdre leur vie à la gagner. Ces témoignages inédits sont ici prolongés par des extraits de documents dépeignant un univers de labeur peu fréquentable.


Éducateur, ce métier impossible - film documentaire volem rien foutre al pais bande-annonce
Volem rien foutre al pais (suite de Attention Danger Travail)
Pierre Carles, Stephane Goxe, Christophe Coello

Film disponible sur Dailymotion en 11 parties
Dans cette guerre économique, qu’on nous avait promise il y a bien des années et qui avance comme un rouleau compresseur, existe-t-il encore un sursaut d’imagination pour résister ?
Mis en demeure de choisir entre les miettes du salariat précaire et la maigre aumône que dispense encore le système, certains désertent la société de consommation pour se réapproprier leur vie. « Ni exploitation, ni assistanat ! » clament-ils pour la plupart. Ils ont choisi une autre voie, celle de l’autonomie, de l’activité choisie et des pratiques solidaires…


Éducateur, ce métier impossible - article bande-annonce délivrez-nous du mal film documentaire
Délivrez-nous du mal
Amy Berg

Dans les années 1970, aux États-Unis, le prêtre catholique pédophile Olivier O'Grady a violé des douzaines d'enfants en se servant des relations d'amitié qu'il entretenait avec les familles. Durant tout ce temps, l'église catholique, au courant de ses agissements, ne disait mot... Une trentaine d'années plus tard, ce documentaire sobre, respectueux, bouleversant et enrageant donne la parole à O'Grady (lui-même victime d'abus sexuels durant sa jeunesse), à des représentants de l'église, de même qu'aux victimes et aux membres de leur famille.


Éducateur, ce métier impossible - film documentaire jean-michel carré galères de femmes
Galères de femmes
Jean-Michel Carré

Christiane, Sylvia, Cathy, Isabelle, Laurence… Entre 21 et 34 ans, d'origine prolétaire ou bourgeoise, elles ont toutes, à un moment donné de leur vie connu la drogue, la maladie, la prostitution et la prison. Jean-Michel CARRE les a suivies pendant deux ans dans l'enfer de Fleury-Mérogis, dans leur difficile réinsertion et souvent dans leur rechute.
S'effaçant derrière son sujet, le cinéaste a laissé parler ces femmes de leur quotidien, de leurs échecs et de leurs espoirs.


Éducateur, ce métier impossible - film documentaire bande-annonce Jesus Camp
Jesus Camp
Heidi Ewing, Rachel Grady

Résumé proposé par Smaëlb de Novaplanet :
"Jesus Camp", c'est le titre d'un documentaire sur un camp d'été ultraprotestant, qui forme des enfants à devenir des soldats du Christ. Et ça fait peur.
C'est une femme, le Pasteur Becky Fischer, qui dirige le programme "Kids on fire summer camps". Elle a accepté de laisser filmer ses activités, "pour atteindre et sauver d'autres personnes". Heidi Ewing et Rachel Grady, les deux réalisatrices voulaient montrer à quel point la foi et la politique sont entrelacées en Amérique.
Les enfants, tous âgés d'une dizaine d'années, se voient offrir un lavage de cerveau fondamentaliste. On les voit prier une photo de George W. Bush ou pleurer pour que l'avortement soit interdit. Un des enfants ne va pas à l'école et est éduqué par sa mère à la maison, laquelle affirme que "la science ne prouve rien". Tous les enfants du camp veulent devenir missionnaires.
Becky Fischer, qui a l'air totalement fanatique, assume et compare même son camp à ceux des extrêmistes islamiques: "Sur 6 milliards de personnes, ll y a un tiers d'enfants de moins de quinze ans. C'est là dessus que l'on doit se concentrer. Nos ennemis le font déjà. Je veux voir nos jeunes aussi engagés dans la cause de Jésus que les jeunes musulmans le sont pour l'Islam. Je veux qu'ils soient prêts à donner leur vie pour l'Evangile, parce que nous détenons la vérité."
On peut se faire une idée avec le trailer du film, assez éloquent. Ca commence par une femme qui dit: “Il y a deux catégories dans le monde: ceux qui aiment Jésus et ceux qui ne l'aiment pas" Il se termine par un plan sur Fischer criant aux gosses: “C'est la guerre ! Est-ce que vous voulez en être ?"
http://www.jesuscampthemovie.com/


Éducateur, ce métier impossible - film le gone du chaaba informations
Le Gone du Chaâba
Christophe Ruggia, d'après le roman d'Azouz Begag

Ce gosse du bidonville de la banlieue lyonnaise, c'est aussi Azouz Begag qui, dans un roman autobiographique publié en 1986 aux Éditions du Seuil, relatait son enfance entre l'Algérie qu'il n'a pas connue et la France à laquelle il n'appartenait pas encore, entre la cruauté des baraques de tôle et des terrains vagues et la promesse d'une culture française qui le fascinait. Le film de Christophe Ruggia évoque avec fidélité ce déracinement et cet apprentissage d'une identité nouvelle. Cette enfance, faite de doux rêves et de dures réalités, a nourri la vocation d'un écrivain, aujourd'hui docteur en économie. Le film en retrace les prémices. Le rôle de l'école, celle de « Charlemagne », en laquelle le père analphabète place tous les espoirs de son fils, est ici essentiel.
« Je ne suis pas algérien et je n'ai jamais vécu dans un bidonville, explique le réalisateur Christophe Ruggia. Mais la solitude d'Omar, l'exclusion, autant subie que provoquée, la consolation trouvée auprès des livres, puis l'évasion dans l'écriture... tous ces sentiments qui se bousculent dans la tête d'Omar se sont aussi bousculés, un jour, dans la mienne. » C'est pourquoi le réalisateur a déployé une énergie considérable pour faire son film. Pour sélectionner ses onze jeunes acteurs, il a rencontré près de deux mille enfants recrutés dans les écoles et foyers des banlieues chaudes de Lyon. Puis, ne trouvant pas les crédits sur place, il a dû emmener toute l'équipe tourner à Montreuil. Les enfants ont beaucoup appris sur ce tournage. Le passé auquel le scénario les a confrontés est celui de leurs parents. « Ils n'avaient jamais entendu parler des bidonvilles, dit le réalisateur. Ils étaient hallucinés lorsque je leur montrais des photos. Pourtant la plupart d'entre eux vivent encore dans une grande misère. » Le tournage a parfois été houleux, mais tous ont travaillé avec acharnement, conscients des enjeux de l'aventure.
Quant aux producteurs du film - Farid Lahouassa et Haïssa Djabri -, ils n'ont pas oublié leur passage dans les bidonvilles de Nanterre. « Le Gone est un récit parfois drôle, mais en même temps, c'est difficile d'avouer tout ça, confient-ils. Ce qui nous intéresse maintenant, c'est de comprendre comment des familles ont réussi à rester structurées malgré l'adversité. »
Pour plus d'informations, voir le site Sceren


Éducateur, ce métier impossible - film documentaire extraits les enfants du big bang jean-michel carré
Les enfants du Big-Bang
Marie Frapin

A Montpellier, Frédérique Landoever, enseignante, accueille et prend en charge pour une année scolaire, dans une classe relais, de jeunes mineurs déscolarisés, très violents, venant pour certains de passer plusieurs mois ou plusieurs années en prison pour des délits graves.
Elle travaille avec un petit groupe de huit à dix élèves pour leur redonner l’envie d’apprendre et donner du sens à leur approche du savoir.
Par son expérience et sa rencontre avec une éducatrice de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, elle a conçu depuis plusieurs années un programme sur une année scolaire qui resitue le jeune adolescent dans l’histoire biologique et humaine, qui le relie à cette histoire et de ce fait aux autres êtres humains.
Le film raconte, en suivant sur un an Frédérique et principalement trois de ses élèves cette lente chrysalide qui est une alternative positive puisqu’elle permet à ces jeunes d’apprendre à être et d’avoir un projet de vie.


Éducateur, ce métier impossible - film documentaire bande-annonce on n'est pas des marques de vélo
On n'est pas des marques de vélo
Jean-Pierre Thorn

L'histoire de Ahmed M'Hemdi, dit Bouda, jeune danseur hip-hop de 30 ans, entré en France à l'âge de 4 mois avec sa famille et aujourd'hui clandestin à vie, victime de la loi dite de « double peine » qui, au sortir d'une peine de prison, expulse les enfants de l'immigration vers des pays d'origine qui leurs sont devenus étrangers. Un portait chorégraphié, une histoire à la fois individuelle et collective, celle d'une génération au coeur des banlieues nord de Paris (le fameux « 93 ») où naquit en France le mouvement hip-hop au début des années 80.
Le mot du réalisateur
« Ce qui m'intéresse, à travers les portraits de Bouda et des personnages que son histoire met en scène (ses parents, ses voisins, ses professeurs, ses amis, des figures mythiques du hip-hop…), c'est de mesurer combien des zones entières de pauvreté sont aujourd'hui victimes d'une stigmatisation et d'une discrimination qui n'a cessé de croître en 20 ans. Bouda, par ses contradictions, ses failles, sa drôlerie, sa soif d'intégration constamment réduite à néant, ses conduites de fuite et au bout du compte sa désintégration, devient en quelque sorte une métaphore, une fable, de cette jeunesse au bord du gouffre.»
« La danse, pour moi, a toujours été l'art le plus proche de celui du cinéma : dans le silence du mouvement – au-delà des mots – elle me permet de dépasser le social pour accéder à l'épique, à l'universel. La danse, non pas comme illustration, mais comme contrepoint, détournement, humour, envol, prolongement du sens, écho faisant vibrer l'émotion. C'est ce que j'ai trouvé de plus riche dans notre collaboration avec le chorégraphe Farid Berki : tout un travail d'aller-retour entre nous pour, petit à petit, forger ces séquences dansées qui ponctuent le film. »
Plus d'informations, voir le site de Jean-Paul Bernard, chef-opérateur du son.


Éducateur, ce métier impossible - film documentaire un autre monde est possible
Un autre monde est possible
Keny Arkana et d'autres

Un mot tiré de nicodues
23 ans. Origines notamment argentines. Marseillaise. Inclassable. Un flow extraordinaire. Un fond hors norme (...). C’est le fan, plus que le blogreporter qui s’exprime. Keny est LA rappeuse non pas du moment mais de "demain". Keny est un ovni, un extra-terrestre, une alter-terrestre, qui a les pieds rivés sur terre et le regard qui porte loin. Keny est en guerre. Permanente. Contre les inerties, les iniquités, les placebos de solutions, elle est LA RAGE, une rage nourrie de foi (la foi en la vie, l’autre, l’espoir, rien qui ne dorme dans des livres convenus et autres best-seller de la croyance dogmatique). Et Keny est amour. Un amour armé prêt à incendier les immobilismes. Elle s’appelle donc Keny Arkana, Son album : "Entre ciment et belle étoile". L’an passé - grâce ou via, et peu importe, une amie à l’ouie fine - je découvrais et bloguais son premier clip. Aujourd’hui Keny est "mainstream", Goncourisée par BBB. Vous ne la verrez pourtant pas sur les plateaux télé. "Pas demain", me confie-t-elle. Elle ne sera pas "l’alibi démocratique" d’un système qu’elle condamne et récuse. Elle ne sera pas la Bimbo péchue du PAF, la rappeuse explosive "caution du totalitarisme" aux rythmes rugueux et aux produits dérivés "made in misère". Keny est une alter-terrestre. Qu’on se le dise. Je vous propose de découvrir ici son clip, parmi les plus plébiscités chez Daily, son docu-carnet de route (filmée par la miss et réalisée par sa "sœur" Clem - sauf bug de dernière minute), mais aussi quelques titres de son album (en écoute tout ce mois de novembre sur le podcast express de Nuesblog) ainsi que de prêter l’oreille à ce qui devait être une interview "papier" et restera un échange hors du temps. Confidence pour confidence, Keny a plus que ce quelque chose de magique. Elle a cette sincérité et cette énergie qui déplace les certitudes. Les montagnes, c’est connu, il faut plus d’un homme pour les mouvoir. A ce jeu c’est à vous, à nous, d’entrer maintenant en course. Demain est riche. De possible. De luttes. De dangers. Demain n’est pas si loin. Demain est ce que vous en ferez... Elle, n’est pas la dernière à l’ouvrir. Attention talent...
Pour un article à ce sujet, voir ici


Éducateur, ce métier impossible - informations film visiblement je vous aime jean-michel carré
Visiblement, je vous aime
Jean-Michel Carré

Premier long-métrage de fiction de Jean-Michel Carré, le film propose un dispositif particulier alliant fiction et documentaire.
Autour du Coral, une maison qui offre un espace différent à des jeunes mis à l’écart de la société, le réalisateur place deux comédiens, Denis Lavant et Dominique Froh, dans le monde étrange et déroutant des handicapés du Coral.
Ce lieu est le résultat de la démarche de Claude Sigala, l’éducateur fondateur, qui a crée un espace de liberté pour des individus souvent recalés dans des institutions verrouillées.
C'est à vous !

Vous avez un avis ? Partagez le !