25 septembre 2009

Les notions de réseaux et partenariats


La récente réforme du diplôme d'éducateur spécialisé oblige les (futurs) étudiants à prendre en compte des dimensions beaucoup plus larges que la simple relation éducative. En effet, nous sommes aujourd'hui confrontés à de multiples dimensions dans l'accompagnement de personnes en difficulté. Entre autres, la notion territoriale prend aujourd'hui tout son sens dans la prise en compte de la personne ; par conséquent, la formation compte une grande partie (DC4) consacrée à l'étude des réseaux et partenariats mis en place dans le cadre de l'action sociale.

Quels sont les fondements de ces nouvelles pratiques ?

Les évolutions considérables des politiques publiques ont influé sur le secteur social et médico-social et imposé un nouveau paradigme. En effet, nous sortons du schéma de l'éducateur qui n'a pas à justifier sa pratique pour tenter de formaliser et conceptualiser le travail social. Ainsi, après des recherches auprès des travailleurs sociaux sur le terrain, les "concepteurs" des référentiels-métiers ont tenté de donner du sens à nos pratiques à travers les domaines de compétences par exemple. Même si l'on peut critiquer l'aspect morcelé de ce référentiel de compétences, il s'agit pour nous d'y trouver notre place et de nous positionner.
  • La réforme du diplôme d’éducateur spécialisé du 6 juillet 1990 imposait déjà un travail partenarial,
  • Les lois de décentralisation de 1982 et 1983 valorisent les initiatives partenariales afin d'apporter des réponses de proximité aux personnes accompagnées,
  • La nouvelle réflexion autour de la place et des droits des usagers remet en question l’ancien paradigme consistant à stigmatiser les personnes accompagnées, (pour cela, voir la loi 2005-102 qui remet également en cause l'étiquetage des personnes en fonction de leur inadaptation),
  • La massification des problématiques économiques et sociales a amené les pouvoirs publics à vouloir rationaliser l’action publique,
  • La loi 2002-2 implique une diversification des modes d’accompagnement.
Pour résumer, nous pouvons dire que les modèles d'autrefois qui consistaient à parquer les personnes selon leur handicap tendent à vouloir être effacés au profit de nouveaux modes d'accompagnement ; parmi eux, une grande place est laissée au milieu ouvert, au travail territorialisé et au développement de pratiques partenariales.
Bien entendu, il existe des raisons financières mais je crois que nul besoin d'insister sur ce point ; nous devons faire avec les exigences du système...

Ainsi le métier d’éducateur spécialisé revêt aujourd'hui de nouveaux rôles :
  • Action dans le cadre de politiques territorialisées et partenariales
  • Participation à des actions collectives dans des territoires en direction de populations
  • Intervention parmi d’autres acteurs professionnels
  • Fonction de veille et d’expertise
  • Propositions pour l’orientation des actions et des politiques locales
La nouvelle approche du secteur social et médico-social

Rappelons-nous que l’action sociale est définie comme « la possibilité de prévenir les exclusions et d’en réduire les effets. »
Ainsi, au lieu de prendre en compte la difficulté de la personne en premier lieu, le professionnel aura une approche situationnelle en examinant le territoire, l’environnement et la situation de la personne.
Prenons l'exemple du handicap mental. Dans le cas d'une personne trisomique, l'ancien modèle proposait un placement en établissement, type IME, et éloignait souvent la personne de son domicile, avec tous les inconvénients que cela comporte (éloignement familial, stigmatisation de la problématique...). Aujourd'hui, les nouvelles compétences demandées à l'éducateur spécialisé lui permettront d'identifier les besoins/désirs de la personne (à travers son projet de vie ?), d'observer l'environnement dans lequel elle évolue et de trouver des acteurs sociaux là où la personne habite. Ainsi, pourra t-elle consulter à l'hôpital du coin, participer à un atelier poterie dans la maison de quartier, se rapprocher du milieu ordinaire, etc...
Je suis assez critique par rapport à cette idée dans le sens où on ne peut pas agir de la sorte avec toutes les populations. Mais disons que l'idée est celle-ci, dans la mesure du possible et lorsque ça rentre dans le projet de vie de la personne.

Par territoire, nous pouvons entendre plusieurs choses : délimitations et frontières, espace vécu, espace d’intervention déterminant, contexte, espace légiféré, espace de déclinaison des politiques sociales, espace de solidarité, de proximité et de développement local, lieu d’élaboration et de mise en œuvre de projet…
Ainsi, dans le cadre de la prévention spécialisée dans les quartiers sensibles, devons-nous à tout prix pousser un jeune à demeurer dans son environnement ? Dans ce cas, et ce n'est que mon avis, l'éducateur spécialisé aura à travailler sur l'espace vécu par exemple ou faire du territoire un espace d'intervention en réalisant des actions davantage ouvertes sur l'insertion professionnelle et sociale du jeune.

Quoiqu'il en soit, l'objectif est clairement celui de développer une action sociale en fonction de la situation de la personne et de chercher les ressources présentes sur le territoire en identifiant les acteurs sociaux généraux. Il s'agira de mobiliser ces acteurs et d'harmoniser leurs pratiques par une co-construction du projet de la personne.

Les définitions du réseau et du partenariat

Le réseau est caractérisé par une horizontalité des relations sociales. Les acteurs partagent des éléments et ont des objectifs en commun.

« Ensemble de relations entre personnes ou services sans que l’un d’entre eux n’occupe une place centrale »
Patrice Dubéchot, Marie Rolland, DC4. Implication dans les dynamiques partenariales, institutionnelles ou interinstitutionnelles, Editions Vuibert, Octobre 2008

« Lien entre des personnes ou des structures, considérés indistinctement dans leur multiples dimensions : affectives, organisationnelles, communicationnelles […] »
DHUME Fabrice, Du travail social au travail ensemble, Editions ASH, 2001

Les liens sont formalisés ou non (connaissances) et permettent de faire appel aux autres en tant que professionnels disposant d’autres compétences, d’autres moyens et donc une autre légitimité à agir.

En gros, lorsqu'on parle de réseau, il peut s'agir du carnet d'adresses professionnel de l'éducateur spécialisé. Par exemple, lorsqu'il prend le téléphone pour appeler la psychologue de la personne accompagnée, on peut dire qu'il fait appel à son réseau.
Autre exemple : un conseiller de la mission locale oriente un jeune vers une assistante sociale du quartier, elle téléphone à une de ses relations. Il s'agit de son réseau.

Le partenariat, lui, est défini comme une « méthode d’action coopérative fondée sur un engagement libre, mutuel et contractuel d’acteurs différents mais égaux, qui constituent un acteur collectif dans la perspective d’un changement des modalités de l’action […] et élaborent à cette fin un cadre d’action adapté au projet qui les rassemble, pour agir ensemble à partir de ce cadre. »
DHUME Fabrice, Du travail social au travail ensemble, Editions ASH, 2001

« Association active de différents intervenants qui, tout en maintenant leur autonomie, acceptent de mettre en commun leurs efforts en vue de réaliser un objectif commun relié à un problème ou à un besoin clairement identifié dans lequel, en vertu de leur mission respective, ils ont un intérêt, une responsabilité, une motivation, voire une obligation »
BARREYRE Jean-Yves (sous la dir. de), Dictionnaire critique de l’action sociale, Fayard, Paris, 1995

Pour être plus précise, le partenariat consiste à établir des liens beaucoup plus formels que dans le cas d'un réseau. Par exemple, un foyer accueillant de jeunes adolescents en rupture sociale peut signer un contrat de partenariat (convention) avec une mission locale de quartier afin d'organiser des ateliers de recherche d'emploi. Chaque acteur conserve son autonomie mais travaillent ensemble à un objectif commun : l'insertion sociale et professionnelle des adolescents.

Pour conclure sur ces notions, je dirais que nous ne pouvons plus ignorer ces nouvelles missions qui incombent à l'éducateur spécialisé et sa capacité d'ingénierie sociale. Il doit aujourd'hui être capable de considérer l'individu dans sa globalité (avec sa famille, son entourage, son établissement scolaire, son environnement...) pour lui proposer des solutions de proximité. C'est en activant son réseau ou en mettant en place des partenariats qu'il aidera la personne accompagnée à réaliser ses projets de vie.

Mes sources


Éducateur, ce métier impossible - livre méthodologie dc4 diplôme éducateur spécialisé dees
DC4. Implication dans les dynamiques partenariales, institutionnelles et interinstitutionnelles DEES, Éditions Vuibert





Éducateur, ce métier impossible - livre fabrice dhume réseau partenariat du travail social au travail ensemble
Du travail social au travail ensemble, Fabrice DHUME, Éditions ASH
C'est à vous !
  1. Bonjour,
    Je me permet de poster un commentaire car je ne retrouve pas ta citation du réseau issus bouquin DC4 en effet moi je trouve p 275 et 276 "ensemble de relation entre des points ou des noeuds sans que l'un d'entre eux occupe une position centrale"
    Peut tu m'éclairer, car je n'arrive vraiment pas à la retrouver et je la trouve intéressante à citer dans le cadre de l'élaboration de mon dossier.
    Merci d'avance.
    Charlotte

    RépondreSupprimer
  2. Présentation trop caricaturale des notions de réseaux et de partenariat. vous en apprendrez plus en cliquant sur Google partenariat "travail social". Là de nombreux travaux universitaires vous permmetront d'approcher ces notions comlexes.
    JM professeur formateur en travail social à Clermont-Ferrand

    RépondreSupprimer
  3. Je prends les critiques comme les bon retours ;-) Dans tous les cas, ce blog ne se prétend ni exhaustif, ni universitaire/scientifique donc effectivement, si vous pouvez apporter votre pierre à l'édifice en proposant des outils complémentaires, je ne peux que vous en remercier... Bienvenue ici, donc... en espérant que vous pourrez y trouver des articles moins caricaturaux.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Je ne sais pas si mon mail sera lu mais je trouve la réponse lapidaire du professeur (?) formateur franchement désagréable surtout pour donner comme référence "google"! Au minimum, on donne de vraies références biblio, sinon, on s'abstient...
    Même si je ne suis pas d'accord avec toutes vos positions (je reste par exemple critique à l'égard de la désinstitutionalisation à tout prix et son corrolaire le réseau, cf. Antoni Negri), vous avez le mérite d'avoir lu et résumé des ouvrages parfois fastidieux.

    Armelle Gomez, formatrice en travail social

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Armelle,

    Ma réponse s'était refusée aussi lapidaire que le commentaire pour laisser le lecteur faire son "bout de chemin" dans cet article qui ne se veut pas "vérité" à tout prix. Et même moi, depuis septembre 2009, je dois avouer que je me suis laissée aller à quelques évolutions de pensée qu'il est difficile de mettre en exergue dans un blog avec des archives aussi anciennes ;-)
    Bref je ne me suis pas offensée outre mesure, face à un formateur qui finalement n'a pas proposé d'autres outils complémentaires que google et qui écrit "permmetront" de la sorte.

    Je note votre référence, merci. Bonne soirée.

    Célia C.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, juste une petite remarque... Il me semble qu'il y ait une erreur dans la définition du réseau. Selon moi, les acteurs n'ont pas d'objectifs communs.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour à tous

    Sur ces questions complexes je me permets de vous renvoyer sur mes propres contributions accessibles directement - ou indirectement sur le site suivant :

    http://marc-fourdrignier.fr/

    Restant à votre disposition

    Marc Fourdrignier

    RépondreSupprimer
  8. Petite précision rapide car je suis tombé sur cet article en cherchant des références pour mon DPR. Vous avancez : "La réforme du diplôme d’éducateur spécialisé du 6 juillet 1990 imposait déjà un travail partenarial".

    Alors je suis allé fouillé et j'ai donc lu entièrement (sisi) cette réforme du 6 Juillet 1990. Je n'ai trouvé qu'une seule occurence d'un mot ayant un rapport avec le partenariat et je vous la cite dans son contexte :
    ------------------------------
    U.F.4 Vie collective (160 heures)


    L'unité a pour objet de permettre à l'éducateur de situer l'action éducative dans son environnement collectif. Cette unité particulière veut mettre l'accent sur les dimensions collectives de la relation éducative dans ses trois niveaux d'exercice:
    - l'institution, éclairée par une sensibilisation à la sociologie des organisations, le projet pédagogique (son élaboration, les rapports partenariaux internes et externes qu'il institue, son évaluation);
    - le groupe auprès duquel il intervient: phénomènes d'identification, de rejet, de violence, de régulation. Problèmes de sexualité. Expressions verbales et non verbales. Thérapeutiques de groupe. Organisation de la vie en collectivité;
    - l'équipe pluriprofessionnelle avec laquelle il travaille: présentation des principaux intervenants dans le fonctionnement quotidien de l'établissement, réflexion sur le travail pluridisciplinaire.
    --------------------------------------

    Il est donc mentionné une seule fois et c'est en parlant du projet pédagogique. Je pense qu'il est du coup un peu exagéré de dire que la réforme de 1990"imposait déjà un travail partenarial".

    Un ES en formation

    RépondreSupprimer
  9. Bsahtek

    ES en Formation

    RépondreSupprimer
  10. Pourriez vous me dire à quelle page trouver la définition du réseau de Dubechot et celle du partenariat de Barreyre svp ? J'ai mis ces citations dans mon dossier partenariat et réseau mais je n'ai pas pensé à noter les pages... Cela pourrait grandement d'aider. Merci par avance, ce site est top !

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour votre approche, le blog, vos tentatives de résumer ces notions et les "réactions-avis" de chacun car c'est un excellent support pour l'étudiante que je suis. MONIQUE

    RépondreSupprimer

Vous avez un avis ? Partagez le !