14 juillet 2011

La voix... d'un jury au DE


Pierre-Yves, éducateur spécialisé auprès d'adolescents en MECS (Maison d'Enfants à Caractère Social), est aussi jury aux examens de certification du diplôme d'état d'éducateur spécialisé. Après avoir lu son interview, les oraux n'auront plus aucun secret pour vous !


Bonjour. Qu’est-ce qui t'a motivé à occuper cette fonction ?

J’ai participé comme jury pour la première fois en juin 2011. Pour moi, être jury au D.E.E.S (Diplôme d’État d’Éducateur Spécialisé) fait partie de mon métier d’éducateur spécialisé au même titre que participer aux sélections des écoles ou accompagner un stagiaire. Participer à ces étapes de la formation permet d’être en lien avec ceux qui deviendront mes futurs collègues, et de participer à leur formation, comme cela a été le cas lors de la mienne.

Qu’en retires-tu aujourd’hui ?

J’ai trouvé cette première expérience très enrichissante, et je compte bien la renouveler dès l’année prochaine.
Tout d’abord, avoir participé à ce temps me permet d’être plus au clair avec les exigences demandées aux étudiants en formation, et d’être ainsi plus efficace lors des prochains accueils de stagiaires sur mon équipe.
Ensuite cette expérience m’a permis d’échanger avec d’autres collègues sur notre travail, tout comme lors de formation complémentaire, il est toujours intéressant de confronter nos pratiques et de créer du lien avec d’autres structures.
Enfin la rencontre avec les étudiants et futurs jeunes professionnels a quelque chose de rafraîchissant, en effet nous nous rencontrons lors de l'aboutissement de trois ans de formation intenses, qui ont bousculé, révélé... L’échange, la confrontation des valeurs fait de ce temps (30mn) un moment où le temps passe vite et que l’on aimerait prolonger.

Qu’attends-tu d’un.e étudiant.e qui se présente à ton jury ?

Nous avons des critères à évaluer, qui sont définis par le référentiel de formation, et qui dépendent du domaine de compétences que nous devons évaluer. Dans le cas du DC1, ce sont les compétences que les étudiants auront traité dans leurs dossiers durant leurs trois années de formation.
Ensuite ce que j'attends des étudiants, c’est de la clarté dans leur écrit et leur présentation à l’oral. J’ai envie de voir au travers de leur production leur identité professionnelle, leur positionnement.

En quoi les épreuves de cette nouvelle réforme se distinguent de celles d’avant 2007 ?

Avant la réforme, cette épreuve était un oral portant sur le parcours de formation. Il permettait d’avoir aussi une vision de la construction identitaire professionnelle de l’étudiant, mais c’était une vision plus globale. Le jury ne notait que l’oral, et avait accès à plus de documents concernant le candidat (dossier de formation comprenant l’ensemble des notes, des appréciations de stage ainsi que celles des formateurs de l’école, plusieurs écrits de l’étudiant...). Actuellement, nous avons à notre disposition le dossier DC1, que nous devons aussi noter, et les évaluations de stage mais seulement celles qui concernent le DC1.
Je trouve cela plus restrictif. Pour un étudiant sur lequel nous avons des doutes, le panel de documents est nettement moins fourni pour nous donner des informations.
La réforme étant récente, les formateurs sont moins sûrs de leur accompagnement, et cela se ressent dans la forme prise par les écrits des étudiants, il y a une plus grande différence de façon, de forme qu’avant, ce qui est intéressant, même si cela demande un travail d’adaptation plus grand aux membres du jury pour la notation.
Enfin ce qui change c’est qu’il y a deux notes, écrit et oral. La note de l’étudiant est la moyenne des deux. Avant la réforme il n’y avait que la note d’oral. Cette double notation permet à ceux qui sont moins à l’aise à l’écrit de se rattraper sur l’oral et inversement. La note d’écrit est toujours posée avant d’entendre l’oral de l’étudiant, de ce fait même si c’est la moyenne des deux qui compte, ce sont deux notations distinctes.

Quels conseils donnerais-tu aux étudiant.e.s en cours de formation ?

Mon premier conseil concernant cette épreuve du DE, est que la théorie dans un écrit ne sert que si elle a été assimilée ; pas besoin de citation d’auteur, si elle ne cadre pas avec le contenu de votre écrit. La théorie est nécessaire à notre pratique afin de parler le même langage, de prendre du recul et d’analyser, mais elle ne doit pas être là pour être là. Notre métier est fait de mises en sens, nous ne faisons pas pour faire, mais bien pour mettre du sens et "se servir de" afin de participer à l’accompagnement éducatif des personnes. Lors de votre écrit, la théorie rentre dans ce cadre ; elle doit avoir un sens avec ce que vous voulez dire, au même titre que les vignettes cliniques qui viennent éclairer vos propos.
Deuxième conseil, il vaut mieux avoir un écrit bien structuré, quitte à ce qu’il fasse un peu scolaire dans sa forme, plutôt que d’essayer de faire un travail d’écriture qui peut devenir illisible, car peu clair. Pour moi, le fond a plus d’importance que la forme ; votre écrit doit laisser transparaître le sens de votre action, qui vous êtes en tant que futur professionnel. Nous ne sommes pas jury pour le Goncourt, et tout le monde n’a pas des facilités d’écriture lui permettant d’allier une forme intéressante et un contenu qui l’est tout autant. Pour vous donner un exemple, un découpage de l’écrit par compétences, plutôt qu’un écrit plus transversal peut être plus pertinent si vous avez des difficultés à organiser votre dossier.
Troisième conseil, il est bien évident que vous avez des connaissances, que vous avez des valeurs, et c’est cela qui doit apparaître lors des épreuves du DE. Cependant, attention à ne pas être obtus ; défendre son point de vue est nécessaire, mais il ne faut pas paraître comme assenant des vérités. Il faut trouver le juste équilibre entre affirmer ses valeurs tout en restant ouvert aux questionnements. Chacun a des failles, des difficultés, ne les occultez pas, vous pouvez en parler et expliquer quelles solutions vous avez trouvé pour les atténuer, les résoudre. Personne n’est parfait, et notre métier passe aussi par des remises en question de nos pratiques, afin de les adapter, et de les faire évoluer, notre métier est mouvement.
Quatrième conseil, si vous avez fait des choix de forme, d’angle de vue pour vos écrits, expliquez-les, soit dans l’introduction, soit dans votre présentation orale. Sachez que de toute façon, le jury vous posera forcement des questions sur ces choix.
Cinquième conseil, si vous ne comprenez pas une question, ou qu’elle vous déstabilise, prenez le temps de faire répéter et de réfléchir à votre réponse. Pas de précipitation, le jury n’est pas là pour vous piéger, nous cherchons juste à avoir des réponses à nos questions. Il vaut mieux dire "je n’ai pas compris" ou "je ne sais pas" plutôt que de broder ou d’inventer.
Sixième conseil, ne soyez pas déstabilisé par l’attitude du jury, nous avons comme consigne de rester le plus neutre possible, certains sont plus doués que d’autre pour ne rien laisser transparaître, cela ne veut pas dire que les personnes n'apprécient pas ce qu’elles entendent.
Septième conseil, lorsque nous vous posons une question c'est parce que nous avons besoin de précisions, cela ne veut pas dire que votre écrit est mauvais. Nous souhaitons la plupart du temps un développement de ce que nous avons perçu de vous lors de la lecture de votre dossier, ou bien à l'écoute de votre présentation. Si parfois nous insistons, ce n'est pas que vous nous donnez forcement une mauvaise réponse, mais que nous sommes intéressés par le développement d'un thème précis ; ou bien nous rebondissons sur ce que vous dites afin de prolonger l'échange.
Huitième conseil, 30 minutes cela peut paraître court, ou long ; sachez que pendant votre oral, vous ne verrez pas le temps passer, comme pour nous les jurys. Cela est même frustrant car nous aurions la plupart du temps voulu poursuivre ces échanges enrichissants.

Souhaites-tu ajouter quelque chose ?

Surtout ne restez pas figé, la formation et l’obtention de votre DE ne sont que le début de votre parcours. Vous continuerez à évoluer au gré de vos expérience et de vos rencontres. Continuez à faire de la formation d’éducateur spécialisé une formation vivante en acceuillant des stagiaires, en participant aux jurys, et en profitant de la formation continue pour apprendre, échanger... Restez vigilants, militants, ne croyez pas les anciens quand ils vous disent : "De notre temps, on était plus militants", ça n’est pas vrai, le militantisme a lui aussi évolué, pas eux...
Et dernier conseil, pensez à vivre aussi, le métier d’éducateur spécialisé n’est pas tout, et il peut être usant car il est très impliquant, il faut donc avoir et/ou trouver des façons, des personnes, des riens (car "rien c’est déjà quelque chose, puisqu’il y a moins que rien", Pierre Desproges), de vous recharger en énergie, de souffler, de vous régénérer afin d'être le plus efficient possible dans vos accompagnements.
C'est à vous !
  1. Je partage ces propos et ayant été diplômée en 2003, je comprend aujourd'hui bien plus de choses ! j'aurais du vous lire avant ! merci pour votre témoignage

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup pour ces informations!! cela m'est très utile! je passe l'oral demain et je suis stressée, j'espère que ça ira...

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour vos conseils je passe mon diplôme dans les deux prochains mois, je suis stressée et l'oral me destabilise énormément, beaucoup de pression alors qu'en temps ordinaire je prends la parole facilement !!!

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir,
    Je suis étudiante en Master enseignement donc rien à voir avec le métier d educateur , quoique , ma mère est éducatrice est elle me dit toujours qu on est du même lilieu : celui de l éducation.

    Bref , la personne interviewé est très professionnel mais ce que je retiens c est ce côté très humain ...
    Je suis tombé sur ce site en cherchant du réconfort car mon copain a passé l oral d entrée en formation d éducateur. Grosse épreuve car le jury a cherché la petite bête , il faisait mine de ne pas comprendre tout pour déstabiliser. Les propos du Monsieur sont rassurants...

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,
    je présente dans deux mois mon travail à l'oral pour obtenir mon diplôme par la vae. Je retiens déjà certains des conseils énoncés plu haut mais auriez-vous des précisions à me donner pour ma présentation dans le cadre de la vae? Je ne bénéficie malheureusement pas d'un accompagnement efficace...
    Christelle T.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Malheureusement je ne suis pas très au jus sur les questions de VAE mais je crois que je vais me renseigner un peu car vous n'êtes pas la première personne à me demander ça.
      A bientôt,

      Supprimer

Vous avez un avis ? Partagez le !