15 octobre 2011

La voix de Lana... les deux vies des schizophrènes


Comme chaque mois, voici une trace laissée par Lana, nouvelle contributrice du blog, comme vous avez pu le constater sur un autre article
Cette fois, j'ai été attiré par la force des mots ; les images, évocatrices, m'ont submergées en même temps qu'elles m'ont apaisées. Je ne saurais vraiment dire pourquoi. Alors pour échapper à des vérités intimes, je ferais un pas de côté en vous disant, amis lecteurs, que de manière étymologique (habile, hein ?), le terme schizophrénie renvoie à sa racine grecque "skhizein" qui signifie fracture, fractionnement, fissure. Ce faux-ami a longtemps créé la confusion et nous pensons souvent à tort que la schizophrénie correspond à un dédoublement de la personnalité. Il est clair que cette idée trop répandue est inexacte. Mais alors pourquoi ce terme "skhizein" ? Peut-être pour tout ça... 

Où est passée notre folie ? Que sont devenus nos corps minces, élancés et beaux ? Nos yeux délirants ? Les cigarettes consumées par l’angoisse ? Nos fuites dans la nuit, les marches solitaires rattrapées par la déraison? Nos obsessions insomniaques et nos peurs terrifiantes ? Nos enthousiasmes grandiloquents, nos amours destructrices ? Les mondes parallèles qui nous happent ? Les voix qui nous suivent et nous détruisent et nous aiment et nous détestent et nous harcèlent et nous rassurent ? L’angoisse qui nous mange le ventre ? Où est notre singularité mortelle ? Où est passée notre lucidité ? Notre clairvoyance délétère ? La connaissance de l’envers du monde qui nous a fait si mal ? La transparence des intentions et des pensées qui nous blessaient à mort ? Que sont devenues nos boîtes crâniennes transparentes, nos pensées offertes à tout vent, notre peau élastique et déchirée ? Nos organes dégoulinants ? Notre cœur dévoré ? La bête qui nous mangeait de l’intérieur s’est-elle fait manger à son tour ?

Notre folie est camisolée. Nos corps se sont avachis, relâchés, engraissés. Nos yeux sont las, et dans le fond ils ont quelque chose de cassé, entourés de cernes noirs. Nos cigarettes sont fumées par ennui dans un hôpital sans vie. Nos nuits sont longues, et les réveils difficiles, et les matins ralentis. Nos peurs ont laissé place aux questions pratiques sur le lendemain. Nos amours sont réalistes, ou absentes. Le monde n’est que le monde. Les voix se sont tuent, tuées par les médicaments et notre raison retrouvée. L’angoisse est diminuée, comme notre singularité. Notre lucidité a laissé place à un défaitisme amer qui préfère fermer les yeux sur le monde, ou les ouvrir comme tout le monde, mais pas trop grand pour ne plus en crever. Notre corps ne se transforme plus pour nous seuls, il porte les stigmates de nos années de combat et de souffrance, visibles par tous. La bête est tapie, elle n’est pas morte, bien sûr que non, juste assommée, endormie par le traitement.

Ce sont les deux vies des schizophrènes, et parfois on réveille la bête par lassitude de notre deuxième vie, et on s’y brûle les ailes et le cœur et l’âme et la vie et les sentiments encore une fois.


Pour lire les autres articles de Lana :
C'est à vous !
  1. j'aimerais savoir si il existe un ouvrage édité de Lana ou quelque chose de ce type svp... Car je trouve ces textes terriblement intéressants... Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Je parlerai de votre commentaire à Lana, pour qu'elle puisse venir y répondre elle-même. En attendant, si vous cliquez sur la bannière, vous tombez sur son blog.
    A bientôt !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    je n'ai pas encore publié de livre mais j'y travaille! Je viens de terminer un livre avec un infirmier psy, le tout est maintenant de trouver un éditeur.
    Merci de votre intérêt en tout cas.

    Lana

    RépondreSupprimer
  4. D'accord, en tout cas je vous souhaite d'y parvenir... Et ne me remerciez pas, c'est plutôt à moi de le faire, car vos textes me font prendre conscience de certains aspects liés à la maladie et du combat mené que je ne percevais pas très bien. Ca me permet une approche différente.
    Bonne continuation en tout cas.

    RépondreSupprimer

Vous avez un avis ? Partagez le !