14 décembre 2011

Je ne sais pas si la misère, un jour, va mourir


Comme j'ai pu l'indiquer un peu partout, j'organisais la semaine dernière un concours particulièrement actif sur Facebook pour permettre à des étudiant-e-s de remporter un exemplaire de l'ouvrage "DEES : le guide pratique de l'éducateur spécialisé - Méthodologie & annales corrigées". 
Le principe du jeu, basé sur l'écriture (parce que ça plait vachement à mes contacts Facebook, n'est-ce pas), consistait à proposer un texte composé de phrases courtes, avec la contrainte de toujours commencer par "Je ne sais pas...".
J'ai reçu après une semaine une dizaine de textes tous plus intéressants les uns que les autres, drôles, désinvoltes, graves, mutins... un vrai plaisir de les lire ! Et pourtant je me suis demandée ce qui m'avait pris de proposer un tel concours, tant le choix fut difficile (et que moi, bah... j'aime bien faire plaisir à tout le monde).

Bref, j'ai fini par choisir un texte écrit par Gaëlle Derandol, une jeune étudiante en 3ème année. J'ai trouvé sa proposition simple mais sincère et très actuelle. Ça m'a parlé, ça m'a interpellé donc je vous laisse découvrir sa participation !
Je ne sais pas qui il est. Je ne sais pas ce qu’il veut. Je ne sais pas comment l’aider. Je ne sais pas pourquoi il dort là. Je ne sais pas depuis combien de temps il est là. Je ne sais ce qu’il fait en bas de chez moi. Je ne sais pas si je dois lui tendre la main. Je ne sais pas…
Je ne sais pas si j’en suis capable. Je ne sais pas si la formation va m’aider. Je ne sais pas si mes stages vont me rassurer. Je ne sais pas si je dois seulement faire « l’éduc ». Je ne sais pas si je dois simplement être moi.
Je ne sais pas mais je vais essayer. Je ne sais pas mais je ne vais pas me défiler. Je ne sais pas mais j’vais pas le laisser crever.
Je ne sais pas comment on peut être indifférent. Je ne sais pas combien de temps il tiendra. Je ne sais pas s’il a faim, s’il a froid. Je ne sais pas ce que je ferai à sa place. Je ne sais pas alors je ne juge pas.
Je ne sais pas mais ça me retourne l’estomac. Je ne sais pas ce qui fait que l’on en soit arrivé là. Je ne sais pas pourquoi ça me donne envie de vomir. Je ne sais pas si la misère un jour, va mourir. Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas froid. Je ne sais pourquoi lui si. Je ne sais pas si demain, je ne serais pas à sa place. Je ne sais pas…
Je ne sais pas pourquoi personne ne le voit. Je ne sais pas pourquoi il n’hurle pas. Je ne sais pas pourquoi l’on reste coi. Je ne sais pas pourquoi on ne s’indigne pas. Je ne sais pas si notre confort ne nous endort pas. Je ne sais pas pourquoi lui et pas moi. Je ne sais pas mais j’aimerai bien savoir pourquoi.
Je ne sais pas pourquoi le monde ne tourne pas rond. Je ne sais pas pourquoi on reste là comme des cons.
Je ne sais pas où je serai demain. Je ne sais si j’aurai mon diplôme en juin.
Je ne sais pas tout cela.
Je ne sais pas ce qu’il en est, mais ce soir, j’irai le voir. Je ne sais pas si je s’rai éduc. Je ne sais pas mais en tout cas, je serai là.

Comme prévu, Gaëlle recevra donc un exemplaire gratuit (avec un petit mot de moi-même, ui, ui) à son domicile d'ici quelques jours. Un grand bravo à elle, en espérant que cet ouvrage saura répondre à ses questionnements !

livre annales méthodologie diplôme éducateur spécialisé

Pour vous procurer l'ouvrage : le lien

Pour plus d'informations sur l'ouvrage : le site Internet

Pour être tenu au courant des actualités, participer, échanger, rester en contact : la page Facebook
C'est à vous !
  1. BRAVO POUR CE TEXTE QUI PREND AUX TRIPES ... JE TE FELICITE SISTER!
    TU L'AS BIEN MERITER TON LIVRE
    BISOUS

    RépondreSupprimer
  2. Félicitations, super texte !
    Moi je sais que Gaëlle sera éduc', je sais que son texte est touchant, je sais que je suis très contente qu'il ait été choisi, je sais qu'on va se serrer les coudes jusqu'au bout, je sais qu'on pourrait papoter des heures, je sais qu'elle va pondre un Mémoire extra, et je sais qu'on va bien fêter la fin de cette formation...qui nous torture autant qu'elle nous révèle (parfois) à nous-mêmes !
    Bises au passage, je suis ravie de te voir sur ce blog (la claaaasse...).
    Arfrips Power ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Merci Lise!!!!!
    J'espère que tu as raison et que l'on aura ce diplôme qui comme tu dis si bien nous torture mais qui nous as permis de grandir un peu plus chaque jour...
    bises !

    RépondreSupprimer

Vous avez un avis ? Partagez le !