30 octobre 2013

Manifeste pour un humanisme engagé


"Peut-être s'agit-il d'une illusion d'optique mais qu'est-ce, au fond, qu'une illusion d'optique ? On voit ce que l'on voit et, en un sens, tout est illusion, n'est-ce pas ? Le ciel n'est pas vraiment bleu et le soleil ne se lève ni ne se couche..."Nancy Huston, Une adoration

Travailleuse sociale, travailleur social, aspirantE à l'être ou en voie de le devenir, j'ai envie de te parler.

Je voudrais te parler des anormaux et des anormales. De tous ceux et de toutes celles dont nous parlons chaque jour, dont les médias se saisissent pour attiser nos émotions et que les réseaux sociaux ne cessent de placer de manière arbitraire dans des cases de plus en plus restrictives.
Je voudrais te dire que nous sommes, toi et moi et nos compagnons, peut-être les derniers remparts de la défense des anormaux.  Nous sommes peut-être un des derniers maillons de résistance contre l'oppression et l'intolérance.

Les fous, les putes, les maltraitéEs, les trisomiques, les roms, les sans-sexe ou les transgenre, les sans-papiers, les sans-espoir, les voleurs, les pathologiques, les antisociaux, les psychopathes, les abandonnéEs, les oppriméEs, les maltraitantEs, les délinquantEs, les autistes, les intolérantEs, les pauvres, les blesséEs, les écorchés vifs, les agressifs, les alcooliques, les toxicos, les prisonnièrEs, les dominéEs.

Les innommables.

Les gens de la société.

Ils ont besoin de nous. Ils n'ont pas besoin de notre charité bienveillante non. Ils n'ont pas besoin de notre pitié ou de notre générosité narcissique. Ils n'ont pas besoin de nos projets sur papier glacé.

Ils ont besoin de notre engagement.
Ils ont besoin qu'on parle d'eux. D'elles.
Ils ont besoin qu'on crée avec eux de la place pour qu'ils puissent exister.
Ils ont besoin qu'on défende leur cause face à l'impulsivité normative de la société.
Ils ont besoin qu'on se serve de la loi pour faire exister leur cause.

Amie travailleuse sociale, ami travailleur social ; ils ont besoin de toi les anormaux.

Soyons là. Soyons à la hauteur.
C'est à vous !
  1. Je ferais toujours mon possible.Merci pour ce beau message !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce manifeste.
    Je prépare le concours d'ES. Mon choix est porté par des valeurs humanistes. C'est un engagement pour l'existence d'une société dans la diversité. Il me semble que le geste éducatif est s'accompagner une Personne à exister en tant qu'individu tel qu'il est.

    RépondreSupprimer
  3. Tu reprends alors le discours sur ce fameux engagement, qui fait mettre tout sur les épaules des employés dans l'action sociale : ce discours ne fait que masquer les vrais désengagés, et il faut être très prudent avec ça.

    RépondreSupprimer
  4. Il est beau de voir que nous partagons un même idéal

    RépondreSupprimer
  5. (...)
    Ils ont besoin de notre engagement.
    Ils ont besoin qu'on parle d'eux. D'elles.
    Ils ont besoin qu'on crée avec eux de la place pour qu'ils puissent exister.
    Ils ont besoin qu'on défende leur cause face à l'impulsivité normative de la société.
    Ils ont besoin qu'on se serve de la loi pour faire exister leur cause.(...)
    Merci encore une fois pour ce témoignage et comme tu l'as dit très justement ailleurs nous sommes peut-être l'un des derniers remparts contre l'intolérance

    RépondreSupprimer

  6. un humanisme engagé : une exigence éthique dans le quotidien de nos pratiques pro.

    RépondreSupprimer
  7. Beau témoignage, qui révèle indirectement votre passion pour ce métier !

    RépondreSupprimer
  8. N'oublions pas qu'ils ont aussi besoin d'eux-mêmes...

    RépondreSupprimer
  9. Les oppriméEs, les alcooliques, les pauvres, les délinquantEs, les antisociaux, les sans-papiers et j'en passe...c'est eux, c'est NOUS aussi! à moins que certains travailleurs sociaux ne se retrouvent aucunement dans ces appellatifs mais çà m'étonnerait... soyons à la hauteur oui, de notre conscience citoyenne.

    RépondreSupprimer

Vous avez un avis ? Partagez le !