8 février 2015

La ferme des enfants, une belle découverte.


J'ai récemment découvert l'ouvrage écrit par Sophie Bouquet-Rabhi, "La ferme des enfants" qui aborde de manière très large le projet pédagogique de l'école du Hameau des Buis. Je voulais partager avec vous quelques extraits qui m'ont beaucoup touché. Au-delà de toute théorie, j'ai trouvé que ce livre était d'abord un appel à la vie, à la paix et à l'amour. Je ne saurais donc que vous le conseiller.

Vous pouvez acheter ce livre en cliquant ici.

Cet article n'aurait pu se faire sans un formidable échange avec une certaine Anaïs que je voudrais ici remercier chaleureusement. 
Résumé : En 1997, Sophie Rabhi, enceinte de son premier enfant, entreprend de fonder une petite école alternative, en même temps qu'elle reprend la ferme de ses parents en Ardèche. À son sens, l'école se doit d'être un lieu profondément respectueux de l'enfant, au service de son développement et apte à lui donner les outils nécessaires pour qu'il devienne un adulte critique, responsable, heureux et libre. Convaincue que la clé de la réussite de tout apprentissage se situe dans la création d'une relation d'amour et de confiance entre l'enseignant et l'enfant, elle fonde La Ferme des enfants, afin de mettre en pratique les enseignements et méthodes qu'elle ne retrouve pas dans le système éducatif conventionnel. Elle développe alors une pédagogie originale - à partir des analyses de M. Montessori, J. Krisnamurti, C. Freinet ou A. Miller -, qui va évoluer et se singulariser au fil des douze ans de travail, d'expérimentation et de mise en pratique à la Ferme des enfants. Cet ouvrage ne propose pas une méthode d'enseignement prête à l'emploi ou un modèle éducatif supplémentaire. Sophie Rabhi ouvre des perspectives par le biais de son témoignage, en tant qu'enseignante, pédagogue, mère et citoyenne. Elle démontre comment, en entourant l'enfant d'amour et de confiance, toute situation conflictuelle ou violente peut être dépassée, épargnant ainsi le développement de peurs et de blocages qui, à terme, risquent d'exclure l'enfant de tout processus d'apprentissage. Cette approche, qu'elle qualifie de "pédagogie de la bienveillance", s'applique et se cultive quotidiennement dans une mise en pratique spécifique du rapport à l'autorité, dans l'organisation des rythmes scolaires, dans la remise en question de l'évaluation traditionnelle ou dans la mise en application canalisée de la contrainte. Par ailleurs, elle explique comment La Ferme des enfants est pensée dans un rapport au monde global, où le respect de la diversité des pratiques, des personnes, des générations et des savoirs, ainsi que le contact permanent avec la nature, occupe une place fondamentale favorable au bon développement de l'enfant. Depuis sa création, l'école de la Ferme des enfants a "accouché" d'un projet plus global : la fondation d'un écovillage, le hameau des Buis. L'engagement auprès des enfants a motivé la construction d'un lieu de vie en phase avec les valeurs fondamentales de cette pédagogie de la bienveillance. Aujourd'hui, plus de vingt foyers, personnes de tous âges et de tous horizons, se sont installés autour de l'école, dans des écoconstructions, bâties collectivement pendant cinq ans pour que le projet pédagogique et la vie des habitants soient interconnectés. Le tout forme un lieu unique, où le soin particulier apporté aux enfants est au coeur de choix de vie plus vastes, réalisés au hameau et se présentant comme des alternatives solides aux modes de vie que nous connaissons aujourd'hui. A travers ce livre, Sophie Rabhi nous montre comment des solutions alternatives à des impératifs ou des modes de vie qui nous semblent souvent immuables - scolarisation des enfants dans des écoles publiques ou privées, absence d'alternatives dans le choix d'un mode d'habitation urbain ou pavillonnaire déconnecté de la nature et d'un rapport de solidarité avec son voisinage, etc. - sont aujourd'hui envisageables, tout au moins lorsqu'ils sont réalisés autour de projets de vie qui replacent l'éducation, l'amour des enfants et le respect de la nature au centre.
"Eduquer un enfant est une sorte de 'guerre sainte' car la cause, dans l'inconscient collectif, est indiscutable. L'enfant doit être bon et conforme à ce qu'on attend de lui"

"Conclure que l'enfant 'cherche des limites' est un positionnement bien confortable qui nous évite de nous poser d'autres questions (...). Les limites existent de fait car nous sommes dans un monde relatif et limité (notre société moderne aux besoins illimités l'aurait-elle oublié ?)"

"(...) celui qui a tissé au fil des ans une alliance intime avec son environnement ne peut le mépriser aussi cruellement que nous le faisons. Etre dans la nature nous permet véritablement de contacter notre appartenance à la vie et notre interdépendance avec les éléments qui la constituent."

"Nous pouvons légitimement nous demander dans quel but nous continuons à former des enfants et des adolescents de la même manière qu'il y a cent ans, leur promettant tacitement leur place dans la société productive qui est la nôtre. Nous omettons d'analyser vraiment la situation pour y déceler ses incohérences et orienter différemment les jeunes générations. Nous savons que le système actuel produit de plus en plus d'exclus (...). Les générations futures hériteront en outre d'une planète qui, pour la première fois dans l'histoire, montrera ses limites en énergie fossile. Sachant que cette énergie est à la base de tout le système économique, cela nous donne la mesure des changements révolutionnaires qui nous attendent. Si la planète nous montre ses limites, elle nous invite aussi à changer notre attitude face à la vie, et à passer du statut de prédateur-consommateur à celui de garant de la biodiversité. Ce n'est pas une question idéologique mais bien une question de survie."

"Changer son regard, empreint de représentations sociales, c'est tout à la fois accorder à l'enfant une véritable confiance, admettre notre ignorance et le laisser nous guider par ce qu'il est fondamentalement pour l'accompagner au mieux dans son développement"

"L'enfant libre aime apprendre."

"Offrir un vaste espace d'autonomie à l'enfant invite l'adulte qui l'accompagne à réduire le contrôle qu'il entend exercer sur son protégé pour lui accorder de la confiance en ses capacités. Il réhabilite également le droit à l'erreur, le droit à l'expérience et le droit à la différence."

"(...) notre résistance quotidienne à 'ce qui est' constitue un enfermement étroit, source d'insatisfaction permanente. Notre liberté, c'est changer notre condition ou l'accepter pleinement."

Ko Ngai, Thaïlande, 2015



C'est à vous !
  1. Merci de raviver dans mon esprit certains extraits Célia !

    Une certaine Anaïs.

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que avant tout ce livre est un appel à la paix et à l'amour avant même toutes ses théories très belle ouvrage qui m'a toucher..
    Fouad camarade de classe en primaire d'anaïs..

    RépondreSupprimer
  3. Moi qui ai adoré ce livre... étais presque prête à aller là-bas (vivre!) car l'ai visité... alors finalement j'ai trouvé un article dans Libération qui indique que l'ex mari de Sophie Rabhi a violé une jeune de 13 ans, et que le frère de Sophie a eu des rleations sexuelles avec cette même fille à 15 ans! (il en avait 38...) bref, czla m'a degoutee..

    RépondreSupprimer

Vous avez un avis ? Partagez le !