9 mars 2015

Ouvre la cage, tu seras juste enfermé dehors.


Aujourd'hui, je publie un texte d'une personne qui a choisi le pseudonyme Voie OfF. Je l'ai trouvé plein de sensibilité et de tendresse ; une ode à la parole libre mais parfois trop enfermée dans les carcans de la relation éducative. Ca pose des questions... 

Bonne lecture.

Il n’a que ça à dire.

Quand nous entrons, il nous accueille de sa petitesse.

On discute d’animaux. De ses animaux, son chien, son chat qui aime jouer avec son chien mais que le chien n’aime pas, de ses oiseaux qu’il nous fait deviner l’espèce.

Des mandarins.

Une caille.

Je suis d’ailleurs surprise du bruit que fait la caille. Cela me donne intérieurement envie d’en prendre une. Juste pour le bruit.

Il n’a que ça à dire.

Monsieur n’aime pas les éducateurs. Il en a vu tellement. Et puis dernièrement ses enfants ont été placés. Alors, normal. Quoi.

Là, il les a récupérés. Il dit que c’est difficile pour lui, avec son handicap. Du coup, il en a topé un mot au juge, qu’il dit. Il y a eu une AEMO. Il a vu la chef de service avec l’éducateur mais il ne les aime pas. Ils ont tout regardé partout, d’un air, sans même demander l’autorisation. Lui, il a pas aimé. Il n’a rien à cacher mais ils auraient pu au moins demander l’autorisation, par politesse. Quoi.

Il n’a que ça à dire. Mais au fur et à mesure on comprend de mieux en mieux.

Son handicap, il n’en parle pas du tout, ou juste par logistique : « J’étais dans la tour X avant, au huitième, j’ai demandé à changer d’appart car il n’y avait pas d’accès handicapé. Je devais passer par le local poubelle. Ma demande a enfin a été acceptée, au bout de 2 ans, ils m’ont mis au 10 ème ».

Il n’a que ça à dire. Mais surtout que ça.

Au bout d’un moment, mon collègue s’exclame : « Mais Monsieur est un révolté, pourquoi ne pas vous inscrire au conseil de quartier ? »

Monsieur d’abord rigole, et puis s’enquiert : « C’est quoi, d’ailleurs, un conseil de quartier ? Moi, j’ai des choses à dire. La société, ça va pas du tout. Et je dis pas ça pas parce que je suis en fauteuil. Ici, on vit du n’importe quoi. »

Il n’a que ça à dire mais ça le tient. S’il ne le disait pas, il ne vivrait peut-être plus.

Monsieur revendique, n’est sûrement pas facile pour les services, mais au moins il exprime.

Mais Monsieur, il a de l’humour, il a du goût, il a de l’esprit.

Moi, le Monsieur, il m’a plu. Il était stylé. Quoi.
C'est à vous !

Vous avez un avis ? Partagez le !