22 juin 2016

Promis, je n'entrerai pas au CAC 40

Comme vous le savez certainement si vous traînez régulièrement par ici, je propose régulièrement des cours en format PDF à télécharger sur mon blog pour la somme de 2 € (voir 1 € pour certains) (et aussi des fiches de méthodologie, gratuites). A chaque nouveau cours, c'est la même histoire : je dois répondre aux commentaires de personnes outragées par le fait que ces cours soient payants. La plupart des messages que je reçois sont plutôt positifs et me disent que vous êtes contents de ces fiches, mais la critique négative étant toujours plus difficile à recevoir que les compliments, j'en suis à appréhender chaque nouvelle publication parce que je sais que ce genre de commentaires a tendance à me miner le moral et me donne l'impression que le travail fourni à la réalisation de ces cours n'est pas considéré.

J'ai donc décidé de publier un article pour clarifier ma démarche et permettre de donner une réponse aux personnes qui - légitimement - auraient besoin d'un éclaircissement (en plus, ça m'évitera de rédiger le même commentaire à chaque fois).

Laissez-moi d'abord vous rappeler le principe de ces cours :
Des fiches donc, d'une dizaine à une quarantaine de pages (ça dépend des thèmes) sur les sujets abordés en formation du travail social. A l'intérieur, les points clés des concepts abordés, les définitions usuelles, des sources d'informations (les plus récentes possibles) et puis à chaque cours, sa spécificité. Quand une personne est intéressée par l'un d'entre eux, elle clique, elle paie donc 1 ou 2 € (ou 3,50 € pour "Le lexique (enrichi) du travail social") en carte bancaire ou par Paypal et reçoit aussitôt un mail pour télécharger le fichier. J'utilise pour sécuriser les paiements le système Gumroad qui prend une commission de jesaispluscombien sur chaque cours vendu.

Avant de commencer ce système de fiches, j'avais pensé à écrire un nouvel ouvrage, une sorte de suite logique de mon premier livre "Le guide pratique de l'éducateur spécialisé", avec donc... des fiches de cours, classées par thématiques. J'ai finalement opté pour un format Web, de type E-book car selon moi, plusieurs avantages existent dans ce format :
Chaque personne télécharge ce qui l'intéresse. Alors qu'un ouvrage aurait coûté aux alentours de 25 euros, un étudiant qui travaille sur un concept spécifique pourra ainsi cibler ce dont il a besoin et ne payer que pour ce qu'il va lire.
Du fait même du format, j'ai la possibilité de mettre à jour les cours (par exemple quand les lois évoluent) et ça arrive assez régulièrement. Dans ce cas, les personnes ayant déjà acheté un cours reçoivent la mise à jour gratuitement et ne sont pas obligées de repayer. Dans le cas d'un ouvrage, ça n'est pas du tout le même système : si vous voulez actualiser vos données, il faut racheter les nouvelles éditions.
Je peux travailler à mon rythme et je suis libre de m'organiser comme je le veux (pour pouvoir aussi assurer ma vie personnelle, mes chroniques sur Lien Social, la réactualisation du guide pratique chaque année, mon boulot d'éducatrice en espace rencontres et mon boulot de parent à la maison).

Bref pour moi, c'est un sytème assez idéal, et pour l'instant je n'ai que des bons retours des personnes qui ont acheté les cours ; ils viennent souvent pallier à un manque de ressources au sein de la formation, des incompréhensions sur un concept particulier, ou parfois ils permettent d'avoir des éléments de base pour un travail de mémoire ou un écrit de certification.

Plusieurs remarques m'ont donc été faites, au sujet de la non-gratuité de ces cours :
  • Quand même, pour quelqu'un qui travaille dans le social, t'es pas très altruiste... 
  • Bah dis-donc, même dans ce milieu, on trouve des gens pour faire du profit !
  • Non mais sérieux ? La meuf, elle balance ses cours et elle les fait payer, non mais allo quoi ! 
Et puis bien sûr, il y a aussi d'autres personnes qui, plus poliment, me disent que c'est dommage de ne pouvoir accéder aux fiches gratuitement mais qui comprennent d'elles-mêmes la démarche ou avec qui je prends le temps de m'expliquer plus amplement.

Alors soyons net, précis et allons droit au but :

1. Pour construire ces cours, je passe minimum un mois à réaliser des recherches, construire le plan, rédiger, rendre accessible des concepts parfois abscons dans leur description de base. Pour le cours qui va bientôt être publié sur le blog par exemple, ça fait deux mois que je planche.
Donc. Ce travail est un vrai travail. Comme toi quand tu te lèves le matin pour aller travailler pas du tout gratuitement, moi j'amène ma fille à la crèche, je rentre, je me mets devant mon ordinateur et je bosse. Jusqu'à beaucoup. Même parfois le soir. 

2. Quand je publie un "guide pratique de l'éducateur spécialisé" et qu'il est vendu au prix de 24,90 €, personne ne vient me chercher des noises en m'accusant d'alimenter un capitalisme outrageant. Pourtant, il y aurait de quoi s'indigner si on s'intéresse deux minutes à ce que perçoit un.e auteur.e au regard de la charge de travail qu'il.elle fournit.

Une image vaut mieux qu'un grand discours

J'en conclus donc que tant que j'alimente un système de dépendance basé sur les principes du salariat, c'est ok pour tout le monde, personne ne vient s'enquérir de mes conditions de travail. Mais si je prends mon indépendance à coups de (moins de) 2 € par cours vendu, ça va plus du tout. 

3. Je ne suis pas riche. Promis. Pas d'actions en bourse, pas de baraque de riche, pas de pompélup dans la piscine avec des mecs en string. Juste de quoi mettre de l'huile d'olive dans les brocolis bio (ou tomates, basilic, c'est de saison), provenance Ardèche et c'est très bien comme ça. Je vous propose donc, si vous avez envie de vous attaquer à l'indécence capitaliste, de viser plutôt les grands dirigeants, les multinationales, ceux qui font bouffer nos enfants à base de perturbateurs endocriniens, ceux qui cumulent voiture-maison de fonction et salaire à vie, ce genre de gens...


Voilà. Cet article est susceptible d'évoluer en fonction des commentaires acerbes que je recevrais dans le futur. 

Si vraiment, vous avez envie de savoir si mes cours valent la peine d'être vendus, vous pouvez toujours en acheter hein. Ici. Merci de votre soutien !
C'est à vous !
  1. Rien à ajouter. Ou si, mais ce ne serait qu'alimenter le débat inutilement. Donc, bravo à toi pour ton travail et ta contribution à la "formation continue" (car oui, je fais la promo de tes cours auprès d'étudiants, mais pour surtout l'après-formation, histoire d'être à jour dans leurs savoirs).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup François pour ton soutien.

      Supprimer

Vous avez un avis ? Partagez le !