7 septembre 2018

Trouver un stage d'éducateur spécialisé


Je reçois très souvent des mails d'étudiant.e.s désespéré.e.s qui ne parviennent pas à trouver de stage en première, deuxième ou troisième année, qui ne savent pas si c'est de leur faute et qu'ils ont mal géré leur candidature ou si c'est la conjoncture, ou si, ou si... Bref, ils.elles ne savent pas quoi faire à l'approche du début de leur stage et me demandent très souvent si je n'ai pas une astuce, un truc, un.e ami.e qui leur veut du bien (spoil : non, je suis une ermite, je ne connais personne et encore moins des chef.fe.s). Cet article, donc, ne saura trouver une solution magique à votre recherche effrénée de stage mais tentera de vous donner quelques clés.

Remarque : Cet article est rattaché à un dossier d'aide à la recherche de stages, que vous pouvez télécharger dans son intégralité ici (il vous sera aussi proposé de télécharger les fichiers individuellement tout au long de l'article) :

Pourquoi c'est compliqué de trouver un stage.
Pour les entrant.e.s en formation qui ne sont pas encore au jus du fonctionnement des stages, sachez donc que depuis 2009, la loi prévoit que lorsque la durée d'un stage excède deux mois, l'employeur doit obligatoirement gratifier le.la stagiaire selon un montant qui évolue chaque année, sauf certaines exceptions (lorsqu'on est indemnisé.e par Pôle Emploi par exemple). En 2018, la gratification sera comprise entre 498€ et 603€ (source). Si a priori, cette loi est une bonne chose en soi car elle permet de reconnaitre  l'investissement produit par la fonction de stagiaire dans n'importe quelle entreprise ou association, elle a beaucoup (beaucoup !) compliqué la tâche des étudiant.e.s éducateurs et éducatrices spécialisé.e.s. Parce qu'en effet, si la loi prévoit cette reconnaissance, elle n'a pas nécessairement prévu d'octroyer des fonds supplémentaires aux institutions et services concernés.

Lire Travail social : les étudiants courent après les stages

Face à ce problème, certains instituts de formation ont réduit les durées de stage, ce qui pose quand même un problème majeur puisque la formation passe par la mise en condition réelle sur le terrain d'exercice. Ce n'est pas pour rien qu'elle propose 1450h de cours théorique pour 2100h de stage pratique.
Étudiant en formation au Cef de Bergerac (2017-2020), j’ai eu pas mal de problèmes lors de mes recherches de stage. Je suis en effet "gratifiable" donc les différentes structures n’adhèrent pas ou n’ont pas les moyens de m’accorder un stage. J'ai essuyé une cinquantaine de refus... Voir les copains trouver leur stage, commencer à être dans la pratique quand pour toi, tout est encore flou, c'est vraiment difficile. Alors j’ai décidé de ne plus préciser que j’étais "gratifiable", j’ai alors pu avoir des entretiens. C’est à ce moment-là que je leur expliquais ma situation en leur montrant que ça valait la peine de dégager des fonds ! Ça a porté ses fruits, je suis maintenant en stage long en MECS, gratifié. Pour que cela soit plus facile, il faudrait peut-être développer davantage de partenariats entre écoles  et structures.
Steven Guillot
Julie, étudiante, a décidé après bien des galères de taire son statut de gratifiable elle aussi :
En décembre 2017, je contacte un établissement à quarante-cinq minutes de chez moi. Certes un peu loin, mais la structure convenait parfaitement à mon projet de formation. Très surprise, j’ai eu une réponse dès le lendemain de mon appel téléphonique et la chef de service m’a proposé un entretien. Sur ma lettre de motivation, je n’ai pas mentionné si j’étais gratifiable ou non. J’ai voulu attendre ce que la chef de service avait à me dire durant l’entretien. Petit mensonge ou mettre toutes les possibilités à mes côtés, je me suis tue sur cette mention. A la fin de l’entretien, elle m'a demandé si j'étais allocataire de Pôle Emploi. J’ai répondu par l'affirmative. J’ai donc refusé la gratification pour pouvoir trouver un stage long… 
Louise Oiseau, elle, vit des difficultés toutes autres mais qui me semblent toutefois importantes à partager ici, tant elles sont le témoin d'un secteur qui produit lui-même des inégalités :
Je n'ai pas eu de soucis à trouver des stages sur le papier. Les difficultés se sont présentées quand j'ai annoncé, lors des entretiens de motivation, être malentendante. J'ai souvent (j'ai encore, là où je suis en stage) à faire face aux remarques et/ou signes de gêne, voir d'exaspération face à mon handicap. C'est aussi le cas dans mon école (formateurs peu adaptés). Je compile un peu tout ça. Non pour une revanche ou une accusation, mais pour essayer de comprendre ces manifestations et y répondre. Aussi pour me sentir légitime dans la colère, la tristesse et la lassitude que cela provoque chez moi, quelquefois.
De nombreux.ses étudiant.e.s me contactent aussi car ils.elles ne savent pas comment s'organiser dans leur recherche de stage, par où commencer, comment prospecter : s'agit-il de la même démarche qu'une recherche d'emploi ? Faut-il rappeler les établissements ? Bref, autant de questions auxquelles je voudrais tenter de répondre, ce qui ne résoudra pas le problème de la gratification mais qui peut-être vous permettra d'y voir plus clair.
J'avais 18 ans lorsque j'ai débuté la formation d'éducatrice spécialisée, j'avais donc peu d'expérience. Dans mon institut de formation, nous partons sur un stage de six mois en fin de première année. C'est à nous de faire les démarches dans la plupart des sites qualifiants, pour d'autres nous devons passer par le centre de formation. Lorsque mes collègues de promo sont partis en stage, je n'avais toujours rien... Finalement j'ai trouvé seule un stage à 100 km de chez moi qui a heureusement accepté de me loger. J'ai manqué principalement d'accompagnement dans cette recherche de stage : sur l'écriture de mon CV, de ma lettre de motivation, sur comment démarcher les institutions, et d'une liste précise de lieux qualifiants qui acceptent de gratifier leurs stagiaires. Je pense que mon jeune âge et le peu d'expérience ont également été une barrière. Finalement, cette recherche de stage m'a servi pour les suivantes : je m'y suis prise bien plus tôt, je n'ai pas attendu d'aide de mon institution, j'avais nettement moins peur de m'éloigner géographiquement et j'ai prospecté avec bien plus d'aisance.
Laurie

Identifier les établissements ou services qui nous intéressent

La première étape, évidente, sera de lister tous les établissements auprès desquels vous pourriez prospecter. Très souvent, les écoles donnent les informations (dates, durée, etc...) assez tard, ce qui a tendance à créer un gros stress chez les étudiant.e.s... il vous faut faire avec, certes, mais forcément, le plus tôt sera le mieux ; vous pouvez commencer votre défrichage au plus tôt (on me dira qu'il vaut mieux attendre les consignes car certains stages sont particuliers, ou qu'il faut bien réfléchir parce que si on travaille dans le handicap en première année, on devra faire obligatoirement autre chose, etc... c'est vrai mais si déjà vous avez votre liste de prête, vous allez grandement gagner du temps !).

Donc, quelques adresses pour vous y retrouver :

L'annuaire de l'action sociale où vous pourrez trouver la liste des établissements et services classés par secteurs d'intervention (Cliquez sur structures de prise en charge agréées/Le secteur d'intervention qui vous intéresse/Type d'établissement qui vous intéresse/La région qui vous concerne).

Le site sanitaire-social.com sur lequel, là aussi, vous pourrez trouver les coordonnées de tous les ESSMS (Etablissements et Services Sociaux et Médico-Sociaux), avec également une partie qui concerne le secteur médico-social (rubrique EHPAD/santé mentale qui sont des secteurs auxquels on ne pense pas forcément mais qui peuvent être très formateurs, pour peu que nous soyons ouvert.e à la découverte bien sûr).

Avant de vous lancer dans la prospection, vous pouvez mettre toutes les chances de votre côté en téléphonant à l'accueil des établissements qui vous intéressent le plus pour connaître le nom du ou de la chef de service ou de la personne qui recevra votre "candidature", ce qui vous permettra d'adresser cette dernière à la personne concernée (qui se sentira tellement flattée qu'elle vous prendre d'office. Non c'est pas vrai. Mais bon c'est mieux que d'envoyer un courrier impersonnel).

N'hésitez pas également à échanger avec d'autres étudiant.e.s, par exemple sur des groupes Facebook du type Tous les éducateurs spécialisés de Facebook ou Réseau Carrières Sociales, pour ne citer qu'eux.
Pour ma recherche de stage, j'ai fait un tableur avec plusieurs colonnes où j'ai écrit chaque nom, numéro de téléphone, adresse, ect... de chaque structure. J'ai commencé par téléphoner à chaque structure mais à chaque fois aucun professionnel n'était disponible donc le secrétariat me donnait une adresse mail ou une adresse postale pour envoyer un cv et une lettre de motivation. Pour la plupart, je n'ai jamais reçu de réponses ou alors elles étaient toutes négatives. La principale raison, c'est la gratification, les structures n'ont pas de budget pour accueillir un stagiaire, la deuxième raison c'est qu'il y a beaucoup d'étudiants qui postulent (il faudrait pouvoir s'y prendre un an à l'avance). Certains ne veulent tout simplement pas de stagiaires parce qu'ils n'ont pas le temps mais le pire ce sont les structures qui ne donnent pas d'excuses, je trouve ça vraiment frustrant. Au total, j'ai du envoyer une centaine de candidatures. J'ai finalement trouvé mon stage début décembre alors qu'il commençait début Janvier mais je trouve ça vraiment épuisant alors que l'on vient de débuter la formation, ça prend beaucoup de temps et d'énergie, ce qui peut entraîner une baisse de moral...
Floxi, DUT Carrières Sanitaires et Social option éducation spécialisée, 2017-2010
Dernier conseil : n'hésitez pas à vous tourner vers des secteurs "atypiques", en tout cas qui ne sont pas nécessairement "prisés" par les éducateurs spécialisés, à la fois parce que vous risquez moins de vous retrouver perdu.e dans une pile de mille CV mais aussi parce que c'est l'occasion de découvrir, vous faire surprendre, voire bousculer... dans le bon sens du terme ! S'il y a bien un moment où c'est adapté, c'est bien pendant la formation ! Pour ma part, j'avais fait un stage plutôt "classique" en IME en première année ; lors de ma deuxième année, je me suis tournée vers la Protection Judiciaire de la Jeunesse (FAE) car nous n'avions pas l'obligation d'avoir un.e référent.e éducateur.trice spécialisé.e et que j'avais longuement hésité entre éduc spé et éduc PJJ. J'étais la seule postulante ! Et en dernière année, j'ai choisi d'intégrer une équipe mobile psychiatrie précarité où là, il n'y avait qu'une éducatrice spécialisée. Je l'ai contacté un an avant parce que j'avais vraiment envie de découvrir ce secteur et ça l'a fait. Peu d'éducateurs connaissaient ce dispositif plutôt identifié comme "médical"... donc n'hésitez pas, fouinez !


Rédiger votre "candidature"

Ici, je vous donne mon avis, je ne prétends pas vous donner LA bonne méthode, ok ? Prenez, laissez, modifiez ! Personnellement, lorsque j'ai prospecté pour mes stages, j'ai procédé de la même manière que si je cherchais un emploi (et la recherche d'emploi, ça me connaissait hum). J'ai même écrit des lettres de motivation à la main mais ça c'est révolu, je suis vieille, tout le monde le sait, j'ai vécu dans les années 80 j'ai connu les baladeurs et le 3310 oui bon. Jeunes et fougueus.e.s étudiant.e.s, l'ère du numérique est votre alliée, sachez le !


La lettre de motivation dit beaucoup sur nous. Qu'il s'agisse de la forme ou du fond, tout compte ! Alors commençons par la forme. J'imagine que certaines personnes qui liront cet article savent déjà ce que doit comporter une lettre de motivation mais je m'adresse à tou.te.s donc passez cette étape si vous n'avez rien à en apprendre !

Voici donc ci-dessous les informations qu'une lettre de motivation doit comporter ; l'ordre des rubriques n'est pas forcément le vôtre, c'est celui que j'utilise depuis des années mais il existe bien sûr d'autres formes, à vous de voir ce qui convient le mieux. Ce qui compte, c'est surtout que ces informations apparaissent.

Au niveau du contenu de la lettre, n'hésitez pas à aérer votre texte ; je sais qu'on conseille souvent de tout faire tenir en une seule page... ça fait quelques années que les miennes font deux pages, bon... à vous de voir. A mon avis, tant que c'est pas du blabla, ça peut s'entendre.



Au niveau du fond, il existe pleins de manières de rédiger une lettre de motivation et l'idée, c'est surtout de trouver celle qui vous parle le mieux. En général, je procède comme ça :

Un paragraphe pour parler de l'institution ou du service à qui je m'adresse
Dans le cadre de la recherche d'emploi, ça donnera quelque chose comme "Votre association MachinChose recherche pour son service jeunes majeurs une éducatrice spécialisée blablabla". Pour une recherche de stage, on axera peut-être davantage sur ce que l'on sait sur l'institution ou le service en question, peut-être simplement en une phrase. Personnellement, je n'ai jamais fait cela pour mes recherches de stage mais si par exemple, le dispositif a quelque chose d'original, c'est une occasion de montrer que vous vous êtes intéressé.e à leur projet.

Un ou deux paragraphes pour parler de moi
Ouais ouais ouais, c'est le moment de parler de nous, sans démesure ni auto-flagellation. Difficile exercice qui vous demande une fine connaissance de vous-même, vos forces mais aussi vos faiblesses. Avant de vous lancer dans la rédaction, peut-être est-ce intéressant, sur une feuille de brouillon (ou avec un.e ami.e à l'apéro) de faire la liste de vos forces et vos faiblesses (cet exercice vous est proposé dans la fiche "Ma lettre de motivation - Brainstorming & modèles") ; par exemple, votre jeune âge peut être un frein, et ça vous demandera sans doute d'être encore plus vigilant quant à votre style d'écriture ou d'insister sur l'expérience que vous pouvez avoir par ailleurs pour montrer votre maturité.
L'idée ici, c'est de donner rapidement à voir qui vous êtes, ou en tout cas donner à votre interlocuteur.trice l'envie d'en savoir plus (un jour à Pôle Emploi, ma conseillère m'a dit que la recherche d'emploi était un exercice de séduction et que la lettre de motivation, c'était comme montrer son épaule au premier date. Ne pas tout montrer mais en montrer suffisamment pour donner envie. Bon. Je vous laisse en déduire ce que vous voulez, les propos d'une conseillère Pôle Emploi n'engage qu'elle hein). Faites des phrases courtes si vous ne savez pas par où commencer : un sujet, un verbe, un complément. Vous aurez ensuite tout le loisir d'agrémenter le texte mais en premier lieu, ça vous donnera la structure de base.
Vous pouvez commencer par vous présenter en une phrase (si vous pensez que votre âge est un frein, à vous de voir mais vous pouvez choisir de ne pas le mentionner et de tout donner quand on vous appellera pour un entretien), mentionner une de vos expériences en lien avec le secteur de l'institution dans laquelle vous postulez, en déduire une ou deux compétences acquises, ce que vous avez aimez, ce que ça vous a apporté. Vous pouvez également faire le lien avec la formation d'éducateur spécialisé que vous avez intégré.

Un paragraphe pour parler de nous ensemble
En fait, là l'idée, c'est de dire : "vous êtes spécialisé dans cecicela, moi je suis en formation d'éducatrice spécialisée et justement, j'ai quelques pré-requis et un regard tout neuf et plein de niaque. Je ne suis pas encore un.e professionnel.le mais vous et moi, nous pouvons vraiment travailler ensemble, ça va être chouette vous allez voir !". En gros, il vous faut réfléchir à ce que vous pouvez apporter à l'institution et à ce que l'institution peut vous apporter et résumer ça en un paragraphe. C'est ici que vous pouvez indiquer vos dates de stage (joignez éventuellement le calendrier).

Une ligne pour la formule de politesse
Vous connaissez le topo. Veuillez agréer blablabla.

Quelques conseils :
Zéro fautes d'orthographes ! Faites-vous corriger par la voisine ou le pote d'apéro mais bannissez les fautes !
Un paragraphe, une idée.
Pas de police de caractères bizarroïde : Times New Roman, Arial, Helvetica, Avenir Light sont des polices acceptables. Taille : 12. Eventuellement, interligne : 1.5.

Je vous ai concocté quelques fiches pour réaliser vos lettres de motivation. Vous pourrez y trouver "Ma lettre de motivation - Brainstorming & modèles", un pas à pas pour vous aider à construire votre lettre de motivation et "Ma lettre de motivation - Exemples" avec trois exemples de lettres de motivation adaptées à la recherche d'un stage d'éducateur spécialisé :



Je ne sais pas si le CV est indispensable. Si vous sortez du lycée et que vous n'avez jamais travaillé ni fait du bénévolat, c'est peut-être se tirer une balle dans le pied (mais en même temps, peut-être est-ce l'occasion de se questionner sur l'acquisition d'une petite expérience. Je vous invite à lire cet article pour avoir quelques conseils). Peut-être que dans ce cas, le projet de stage* peut suffire.
En revanche, si vous avez un peu d'expérience, une autre formation,  si vous avez des compétences particulières, vous pouvez joindre un CV à votre candidature. Je vous conseille quelques petites choses :
De la sobriété dans le choix des couleurs s'il y a, dans le choix de la police de caractères, etc...
De l'air entre les rubriques !
De la concision
Pas de fautes !
Plusieurs rubriques : le plus classique étant "formation", "expérience professionnelle" (toujours au singulier, vous avez peut-être eu plusieurs jobs mais ils constituent VOTRE expérience), éventuellement des "compétences spécifiques" ou "atouts" si vous parlez une autre langue (si vous visez un stage à l'étranger ou que vous accompagnez des personnes non francophones), que vous maîtrisez la langue des signes ou que vous savez jongler avec les pieds (ne rigolez pas, selon l'institution que vous visez, certaines compétences peuvent être utiles !), enfin la fameuse rubrique "centres d'intérêt" (mais je me demande... est-ce qu'on s'en fout ou est-ce l'occasion de glisser qu'on adore le lancer de javelot pour les futures discussions entre collègues ? J'attends vos réponses en commentaires).
Il existe aussi l'option de placer un encart en début de CV pour indiquer en une phrase ou deux votre projet. Faites plusieurs essais, testez les auprès du voisin ou de la copine du cirque (entre deux séances de jonglage oui) jusqu'à avoir une version qui vous convient.


*Le projet de stage est un document sur lequel, à partir du référentiel de compétences, vous réfléchissez aux compétences que vous souhaitez développer dans le stage qui vous intéresse, et en quoi ce lieu peut vous y aider, etc... Ce document demanderait un article à part entière, ne nous éparpillons pas, n'est-ce pas.

Transmettre votre "candidature"

Pour finaliser vos candidatures, il vous faut donc faire en sorte que celles-ci arrivent aux bons interlocuteurs.trices et ne soient pas juste jetées sur un tas d'autres espoirs étudiants. Personnellement, j'ai toujours fait en sorte d'amener en main propre les candidatures qui me tenaient à coeur, dans les horaires d'ouverture et en m'assurant de ne pas gêner le fonctionnement du lieu. Si je laissais la lettre à un éducateur qui me promettait de faire passer, je demandais son nom (ouais on est relou nous), histoire de pouvoir m'appuyer sur ce dernier lors de l'appel téléphonique qui allait suivre 15 jours après, du genre "J'ai transmis ma candidature à Monsieur TrucMuche, l'avez-vous eu ?". L'idée vous l'avez compris, c'est de mettre toutes les chances de son côté mais avec subtilité, j'ai confiance en vous ! Voici donc la démarche que je vous propose :
Amener en main propre les candidatures aux institutions qui vous tiennent à coeur, en essayant de croiser la personne responsable
Envoyer les autres par mail ou courrier
Harceler Rappeler toutes les institutions quinze jours après
Brûler des cierges (pardon)

Bon j'espère que cet article vous aura donné quelques clés, n'hésitez pas à commenter, ajouter des choses, poser des questions en commentaire, je ne suis pas toujours réactive mais j'essaie de répondre à tout le monde !





C'est à vous !

Vous avez un avis ? Partagez le !